lundi 9 août 2010

3 expositions, 1 après-midi

Si Dieu créa la terre en 6 jours (puisque le 7e il se reposa), mes patrons accepta la possibilité d'un horaire d'été. Qu'ils soient bénis (ou presque!)

J'ai donc congé, depuis juillet, tous les après-midis du dernier jour ouvrable de ma semaine. À moi la ville!

Vendredi dernier, j'ai donc décidé de me rattraper un tant soit peu, culturellement parlant (comme si je n'étais pas déjà submergé par ces superbes inventions humaines que sont l'Art et le Divertissement!).

Donc. Trois expos.

We Want Miles

Je débute mon petit périple par le Musée des beaux-arts de Montréal. L'expo sur l'un des plus grands monuments du jazz, Miles Davis, y est en vedette. Je ne connaissais que peu de choses de l'homme en fait, mis à part son sens incroyable de l'improvisation, son talent de trompettiste et quelques albums mythiques, comme Kind of Blue. Le parcours du musée nous entraîne, pour débuter, dans l'univers du be-bop et du jazz, puis nous guide dans l'ascension fulgurante de Davis en France alors que sa carrière stagne un peu aux États-Unis, des rencontres qui le marqueront là-bas, tels Boris Vian, Louis Malle, Juliette Gréco, ses années difficiles à se défaire de l'héroïne, de ses plus grands enregistrements, de son style qui change et s'adapte avec les années, de ses goûts de la luxure, des femmes de sa vie... Une salle est prévue exclusivement pour le film de Malle, Un ascenseur pour l'échafaud, long métrage noir mettant en vedette Jeanne Moreau. Miles aura composé et improvisé en une nuit la bande sonore du film, en regardant les images. Splendide.

J'ai découvert que je préférais de loin les premières périodes de la carrière musicale de Miles. L'exploration du jazz, comment il créait les ambiances. C'est fascinant. Mais à la sortie, on reste sur notre faim, comme si on n'avait gratté que le bout de l'iceberg de ce géant de la musique. Et où est le dvd du film de Malle??? C'est ce que j'aurais acheté illico...

et un extrait du film


Musée des beaux-arts de Montréal, jusqu'au 29 août 2010 

Montréal, hier et aujourd'hui

Sur la rue McGill se trouve une petite expo qui compare des photos de Montréal. D'un coté, elles ont été prises au siècle dernier, par William Notman (1826-1891), de l'autre, au début des années 2000, par le photographe torontois d'origine polonaise Andrzej Maciejewskisous, sous le même angle, dans les mêmes conditions (ou presque). L'évolution du paysages urbains que nous montre certains clichés sont carrément étonnants. Un écran lenticulaire (qui nous permet de voir les deux photos dans le même cadre selon l'angle de vue) nous permet de comparer les deux images.

Si vous avez un téléphone intelligent, chaque panneau est accompagnée d'un code QR (que vous photographiez avec votre appareil et qui vous donne des infos supplémentaires).



Une expo du Musée McCord, rue McGill, jusqu'au 18 octobre 2010. 

Jazz noir

Pour terminer, je suis resté dans la thématique musicale. Jazz noir propose quelques illustrations à l'encre de l'artiste urbain Zïlon, qui fait des trucs magnifiques. Au programme, une expo «conçue comme une maquette d'un film noir éphémère». Des visages de femmes, sans arrêt, souvent fatales, parfois souriantes. Quelques tableaux sont splendides, mais l'expo ne propose qu'une vingtaine d'oeuvres tout au plus. On en aurait voulu plus.


À voir, gratuit, jusqu'au 26 septembre au-dessus de l'Astral, à la galerie permanente du Festival international de Jazz (Maison du Festival Rio Tinto Alcan).

3 commentaires:

  1. Quel bel après-midi! À défaut du DVD, si tu ne l'as pas déjà, la trame sonore de l'Ascenseur vaut largement le détour. C'est une pièce clé de ma petite collection qui m'a donné beaucoup de moments de bonheur.

    RépondreEffacer
  2. Non, je ne l'ai pas, mais ça en fera partie très bientôt... et fort possiblement en vinyle...

    RépondreEffacer
  3. En passant, si tu as aimé l'expo du musée McCord, je ne peux que te suggérer la catégorie Avant/Après de Spacing Montréal : http://spacingmontreal.ca/avant-apres/

    RépondreEffacer