vendredi 23 juillet 2010

FanTasia, part 4

21 juillet

Blades of Blood

Adapté d'une bande dessinée coréenne (ce qu'on appelle manhwa, le cousin du manga), Blades of Blood a fait «redécouvrir» un style qui avait presque disparu en Corée, soit celui du film historique, qu'ils appellent sageuk. L'action se situe au 16e siècle. Le Japon s'apprête à envahir la Corée. Le gouvernement est totalement divisé, instable, voir corrompu. Lee Mong-hak, de descendance royale, fine lame, dissout les alliances est-ouest pour former sa rébellion et créer sa propre alliance ; il part défendre la patrie et par le fait-même prendre le trône. Sur son chemin, il ne laisse que des morts, dont le père du jeune Gyeong-ja, qui jure vengeance. Un aveugle, qui semble empâté, mais qui cache beaucoup de choses derrière son sourire béat, décide de l'aider dans sa quête, étant contre les idéaux de Mong-hak. Une quatrième âme se joint à l'épopée, soit celle de la courtisane Baek-ji, amoureuse de Mong-hak mais abandonnée par celui-ci.

Le film rappelle l'esthétique des films d'époque chinois, à la Yimou Zhang, en moins poétique, et le fameux héros japonais Zatoichi, avec un côté clownesque. L'humour coréen est de mise et amuse, mais avec un tel titre, nous aurions préféré de plus imposantes batailles à l'épée. Certes le film offre quelques moments intenses, mais rien pour impressionner le spectateur aguerri de FanTasia. Le film n'a finalement de poétique que la petite séquence du générique, et son réel titre : Like the Moon Escaping from the Clouds.



Overheard

Suspense policier, Overheard raconte l'histoire de trois collègues affectés à la surveillance d'une firme qui semble malhonnête. Alors que l'un d'eux, à court d'argent à cause de son garçon malade et de sa propre maladie, entend une information exclusive sur les marchés boursiers pour le lendemain. Il convainc son collègue d'effacer l'enregistrement et d'en profiter. Ils entraînent leur troisième ami dans leurs mensonges, et la violente spirale se met en marche et fait beaucoup trop de victimes.

Très bon film hongkongnais, Overheard propose des personnages humains, bardés de bonnes intentions, mais qui, en profitant du système pour faire le bien, se voient confrontés à une fatalité meurtrière. Le film commence avec une séquence fort intéressante et passionnante, pour ensuite faire patienter son public avec les trames secondaires pour enclencher à la seconde vitesse en deuxième moitié et devenir un long métrage tout aussi intense que tendu. Le trio de comédiens est sans faille, et nous touchent à un moment ou un autre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire