lundi 21 juin 2010

Cinémanigances

D'un côté, je lisais ce matin sur Canoe, les revenus récents des films québécois et étrangers. On pouvait lire

Dur week-end pour le cinéma en général, qui a vu ses recettes baisser de 60 %. Le beau temps et le Grand Prix ont fait fuir les cinéphiles...

[...] Quant à L'Enfant prodige sur la vie d'André Mathieu, ce film se battra pour garder sa quarantaine de salles, ayant recueilli cette dernière fin de semaine des recettes de 58 000 $.

Le film de Luc Dionne a recueilli 597 495$ depuis sa sortie en salles il y a trois semaines.

Les amours imaginaires (de Xavier Dolan), bien accueilli à Cannes, était présenté sur 21 écrans, donc deux fois plus que pour son film J'ai tué ma mère. Et pourtant, les recettes recueillies ont été les mêmes pour la première fin de semaine, soit 86 895 $.

"Il a donc recueilli deux fois moins de recette par écran que pour le film J'ai tué ma mère à ses débuts l'an dernier, soit 4 138 $ en comparaison à 8 701 $ pour J'ai tué ma mère l'an dernier. Mais ce fut un dur week-end pour tout le monde", confirmait hier Simon Beaudry de chez Cineac.

Seul le Karaté Kid a su tirer son épingle du jeu et a attiré les foules, avec des recettes de 839 844 $.

839 000$ pour Karaté Kid. 86 895$ pour Les amours imaginaires. C'est presque dix fois moins de revenu. Mais ça ne vise pas le même public...

Les films québécois mentionnés sont pourtant deux longs métrages qui ont connu de bonnes critiques, il me semble.

Et puis, je lis sur Showbizz.net :

Patrick Huard incarnera le personnage principal du film «Starbuck», une comédie réalisée par Ken Scott. Le tournage débutera le 15 septembre.

Tout juste au moment où David Wosniak décide de finalement mettre de grands efforts pour réussir sa vie, cet éternel adolescent de 42 ans découvre qu'il est le géniteur de 533 enfants. Soudainement, réussir sa vie semble beaucoup plus difficile que prévu...

Faudra qu'on m'explique. Faut-il qu'un film québécois soit "con" (lire ici comédie censément désopilante) pour qu'il remporte du succès au box office? Qu'est-ce qui fait déplacer les foules québécoises vers un film québécois? Qu'est-ce qui pousse une personne à préférer Karaté Kid ou Shrek à un film de Dolan, Dionne ou n'importe qui d'autre? La langue? Le budget, le sujet, la qualité d'image?? Quoi que je ne suis pas en reste, je préfère aller voir Rapt de Belvaux ou Mic-macs à tire-larigots de Jeunet que Le baiser du barbu. Je n'ai absolument rien contre Yves Pelletier, au contraire, j'admire ce qu'il fait et ce qu'il est, mais pourquoi je ne peux m'empêcher de penser au film "La moustache" d'Emmanuel Carrère?

J'espère sincèrement que Piché - entre ciel et terre amènera beaucoup de monde au ciné. De ce que j'ai entendu jusqu'ici, c'était fameux.

Et tout ça pour dire que je trouvais vraiment trop absurde l'idée de "Starbuck"... On va vraiment financer ça?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire