mercredi 25 novembre 2009

A Long Time Ago..

J'ai vu La Guerre des étoiles pour la première fois à la télé de Radio-Canada, lorsque que j'étais tout jeune. Bizarrement, ce dont je me rappelle le plus, c'est le fameux saut à la Tarzan que Luke Skywalker fait avec Leia dans les bras. En 1997, lors de leurs resorties en salle, j'y suis allé avec ma première copine qui avait étrangement aimé les trois films.

C'est qu'en fait, Star Wars a transcendé son statut de film de science fiction. Le mythe a grandit, explosé, les longs métrages sont devenus des classiques, des exemples à suivre. Des milliers de fidèles ont adopté ce monde. Des milliers de gens croient vraiment qu'ils sont des Jedi en puissance.

Bon, je vous assure, je ne suis pas de ce genre. J'aime bien Star Wars, mais ça se termine là. Par contre, je voue un culte à John Williams, ce compositeur génial, qui a pondu des merveilles de bandes sonores, comme les thèmes d'Indiana Jones, Superman, Harry Potter, Schindler's List, E.T., Jaws... et bien entendu Star Wars. Il est le Bernard Hermann de Spielberg.

La Marche Impériale qu'il a composée pour Darth Vador est possiblement la marche la plus connue et la plus excitante du répertoire classique du XXe siècle, rien de moins (à mon avis).

Quand j'ai su que l'événement cinémato-symphonique Star Wars in Concert (leur site est à voir!!) arrivait à Montréal, je me suis empressé de contacter mon ami Alex pour qu'on réserve immédiatement nos places, au parterre. Joie! C'est réussi, la Force devait être avec nous.

On entre au Centre Bell plein à craquer. On fait le tour, il y a une exposition des artefacts de la série ainsi que des personnificateurs avec qui on peut se faire prendre en photo. Disons qu'on en a profité un peu (désolé Alex, je me permets :-)


Rapidement, on entre dans l'amphithéâtre. Comment sera le son? Qu'est-ce qui nous attend?

Les lumières s'éteignent, et la musique d'ouverture retentit : le Royal Philharmonic Concert Orchestra, conduit par le Belge Dirk Brossé, entame avec panache le thème d'ouverture des films cultes. Explosion. Un écran LED d'une taille gigantesque projette des extraits des six films, avec une qualité à faire rougir de honte les Imax de ce monde. C'est un spectacle d'une qualité impressionnante : Anthony Daniels, le comédien qui interprète dans tous les films le robot doré C3-P0, nous introduit chaque pièce avec humour et charme.

Bref, on s'est éclaté, l'orchestre était fantastique et de revoir toutes ces images me donnent l'envie irrésistible de me taper la série complète...

1 commentaire:

  1. Wow, tu me fais regretter de ne pas avoir été là ;)

    Je suis due pour me retaper les films moi aussi, peux-être même les 2 trilogies.

    RépondreEffacer