mardi 16 décembre 2008

"Homardises" part 2

Bon, ça n'a aucun rapport avec les homards cette fois-ci, mais avec le boeuf aux carottes.

Voici quelques courriels échangés avec un collègue de travail il y a à peine quelques minutes :

David - Bonjour!!

J'ai une petite question pour vous.

J'ai eu la commande de faire un boeuf aux carottes pour le 24 ô soère. Comme je suis entouré de mâââgnifiques personnes qui apprécient la cuisine, je me demandais si vous aviez une bonne recette éprouvée et pas trop compliquée?

Merci merci!!

Collègue - Prends du boeuf et des carottes: vraiment pas difficile

D - j'ai presque ri.

C - une chance que je ne t'ai pas dit de couper des oignons, tu aurais pleuré...

Bon bon OK je me tais

D - des oignons? dans du boeuf aux carottes? wwwooo là je suis tout fourré... et du vin avec ça??

C - 4 tasses de vin de messe: ça fesse fort

D - du vin de messe? On trouve ça où? à la SAQ-cristie?

(avoue que celle là elle est bonne)

---

On s'amuse bien en cette dernière semaine de travail !!

jeudi 11 décembre 2008

Partage

Je partage aujourd'hui avec vous un poème de Louis Aragon, écrivain que j'ai découvert à mes 16 ans. Les premières strophes me sont venues à l'esprit ce matin. Il me fallait le relire sur le champs (je bénis Internet pour l'instantanéité...)

___

Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs
Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous les deux

mercredi 3 décembre 2008

Parce que je trouve ça drôle...

Aujourd'hui dans la copie du journal Métro (3 décembre 2008), quand on ouvrait bien le journal, on avait droit à une drôle d'image... la ressemblance est frappante, non?