jeudi 12 juin 2008

Fun noir

Cette semaine, pour l'anniversaire de ma douce entière (parce que moitié, je trouve ça un brin réducteur) j'avais décidé de lui faire une surprise. Elle savait qu'on allait au restaurant, mais lequel ? Ah, voilà tout l'attrait de ce billet!

Comme elle m'en avait déjà parlé, comme je voulais que ce soit un peu spécial, nous nous sommes donc dirigés vers le restaurant O.Noir. Le O.Noir est un concept assez unique : l'endroit nous «invite à vivre l’expérience d’une bonne table et de conversations agréables comme jamais auparavant… DANS LE NOIR!» Oui oui!

Le resto est situé au 1631 Ste-Catherine Ouest à Montréal. On est accueilli à l'intérieur par une charmante hôtesse derrière son comptoir style bistro. La première chose que l'on remarque, bien sûr, est le manque... de salle. Quand la gentille demoiselle a pris nos noms et notre commande (la table offre peu de variété, mais tout a l'air succulent ; il y a aussi possibilité de «plats surprises», i.e. vous n'aurez aucune idée de ce que vous allez manger) nous plaçons sacs et traîneries dans des cases. C'est alors que se pointe le serveur ou la serveuse qui sera aussi notre guide de la soirée. Nous sommes alors, à ce moment et ce jusqu'au départ, dépendant d'une personne non-voyante. Le monde à l'envers! Pour nous, c'était la charmante Griselda. À la queue leu leu, on pénètre une anti-chambre, puis on pousse une deuxième porte. C'est l'obscurité totale. On nous place, ma jolie et moi, côte à côte. L'expérience est déjà très intéressante. On tâtonne, on juge, on se parle, on écoute. Nos sens en éveil prennent le pas sur celui qui se voit handicapé.

Premier plat servi, un petit pain et du beurre. C'est déjà tout un exercice : rompre le pain puis tenter de le beurrer relève tout à coup du défi. Ma copine s'est graissée les doigts plus d'une fois!

Plat principal, crevettes et riz pour ma belle, suprême de volaille et aubergine pour moi. Alors qu'elle abdique et pige dans son assiette avec ses doigts (commode, ça se mange bien des grosses crevettes avec les mains), je me bats pour tenter de
1. différencier le morceau énorme d'aubergine du poulet
2. découvrir quels sont les autres légumes en accompagnement
3. savoir si j'ai tout mangé

J'ai dû avoir l'air fou, à prendre avec ma fourchette un morceau trois fois gros comme ma bouche... Mais j'ai réussi à tout trouver!

À la fin de ce repas, s'est joint à nous d'autres gens. Céline et Anne (deux personnes inconnues, deux clientes comme nous l'étions) se sont assises juste en face de nous. La communication a été instantanée. La perte de la vue brise beaucoup de barrière. On ne juge plus, on écoute, on jase, et on a eu beaucoup de plaisir.

Dessert : sorbet de fruits avec ananas frais pour elle, mousse au chocolat et framboises pour lui. J'en ai presque léché l'assiette. Hey, qui m'aurait vu faire de toute façon?

Pendant tout le repas, ma copine et moi ne pouvions arrêter de nous toucher, nous palper. Sentir que l'autre est là, redécouvrir la voix de l'autre...

Finalement, malgré quelques appréhensions, ce fut une excellente idée et une soirée réussie, en plus de mieux comprendre la situation des personnes aveugles et d'aider une cause (5 % des bénéfices va à des associations locales qui soutiennent les personnes aveugles ou ayant une déficience visuelle de tous âges). Il est certain que j'y retournerai, mais avec plusieurs amis, tenter quelques repas différents, deviner qui parle...

Et comme le dit leur slogan : c'est vrai que c'est meilleur dans l'obscurité...

2 commentaires:

  1. C'est donc ben cool! On veut y aller nous aussi!

    Boss: Imagine boire un Cosmo dans le noir!

    Barmaid: Non, faut prendre un drink avec une paille, c'est plus facile!

    RépondreEffacer
  2. C'est drôle, j'y ai justement emmené Christophe pour son anniversaire il y a 2 semaines!!

    RépondreEffacer