mercredi 8 août 2007

FanTasia, suite et fin

Pour conclure mes billets sur le Festival FanTasia 2007, voici mes dernières petites critiques.

Nightmare Detective (Japon) m'a passablement ébranlé. Le film raconte l'histoire d'un jeune homme (Ryuhei Matsuda) qui a le pouvoir d'entrer et/ou de voir les rêves des gens. Quelques policiers, dont Keiko Kirishima (la superstar super sexy de la pop niponne, Hitomi), tentent de démystifier des suicides bizarres, souvent en plein sommeil (on se taillade les poignets en dormant) apparemment liés par un numéro de téléphone. Mais le Nightmare Detective se suiciderait avant d'aider, tellement il en a ras-le-bol des dégueulasseries dans la tête des gens.

Morbide, hyper-violent, mais poétique et intéressant...

Dynamite Warrior est probablement le plus bizarroïde des films que j'ai vu à FanTasia cette année. C'est un western tout ce qu'il y a de plus conventionnel dans sa forme première : des troupeaux de bétail, des cowboys, des méchants qui volent les boeufs, un vengeur... mais là où ça dévie, voir même prendre le champs, c'est quand ce vengeur masqué, au talent de combat inébranlable, est à la recherche d'un homme surnaturel qui a tué ses parents, qui fait affaire avec un sorcier, et qui, au lieu des bon vieux Colt, se sert de roquettes contre ses assaillants.

FanTasia décrit : Arts martiaux. Magie. Romance. Des méchants dignes de dessins animés. Un héros qui vole au combat debout sur un tronc d’arbre transformé en fusée! C’est une toute nouvelle mouture d’un vieux classique d’action thaïlandais des années 70. Une pure dose de fantaisie adolescente sortie tout droit des romans d’aventure et des bandes dessinées qui bercèrent l’enfance du réalisateur.

L'acteur principal, Dan Chupong, est comparable au spectaculaire Tony Jaa (voir Ong Bak), en plus d'un talent plus pointu de la comédie.

Mon moment de la soirée : quand le personnage principal demande à la fille du sorcier, une vierge bien entendu, du sang de ses menstruations pour combattre le méchant ennemi... et ce sans aucun tact! Trop drôle!

Silk
s'est avéré beaucoup plus profond que je ne l'aurais cru. Un scientifique découvre l'anti-matière, un espèce de cube éponge qui absorbe l'énergie qui l'entoure. Il peut s'en servir pour de multiples tâches (dont marcher au plafond). Cette découverte leur en fait faire une autre : celle des esprits (énergie des morts) qui restent sur terre, comme des fantômes. Un en particulier leur pose problème : un petit garçon, prisonnier d'un appartement miteux. Les scientifiques engagent un policier aux sens hyper développés pour les aider à retracer le passé du jeune garçon... dont la mort ne tient qu'à un fil de soie.

Surprenant, surnaturel, c'est pourtant une histoire terriblement humaine et touchante qui nous est racontée. La notion d’image, de vision, et de comment l’une et l’autre sont perçues, est au cœur de ce film. Visuellement, c'est un petit exploit. Le garçon nous donne parfois la chair de poule et nous fait sursauter...

J'ai beaucoup moins apprécié Sword Bearer que mon amie Cassiopée, qui m'accompagnait. Encore là, je m'attendais à une histoire plus près de Night Watch, mais c'est un film beaucoup plus romantique, plus près de ce qu'un M. Night Shyamalan aurait pu faire ou qu'un Alan Moore (Watchmen) aurait pu écrire. Un homme porte en lui, dans son bras, une épée. Mais c'est pour lui une malédiction. Un peu comme Wolverine, elle sort lors de grandes émotions. Alors qu'il revient chez lui après un exil de plusieurs années, il fait la rencontre d'une femme qui l'envoûte totalement. C'est un amour impossible, qui brûle comme la finale d'un feu d'artifice. Un Bonnie and Clyde, un Roméo et Juliette... la fuite sera terrible et fatale. Métaphore sur la passion, l'amour, sur la perte.

Si vous le voyez, ca sera surtout pour la beauté des deux acteurs principaux, Chulpan Khamatova (la fille au tatouage magnifique) et Artom Tkachenko (l'homme épris et torturé).

Je n'ai pas vu City of violence, le 17e film de ma série. J'ai déclaré forfait. Mais je l'ai trouvé autrement, j'en reparlerai.

Finalement, Retribution de Kurosawa, est un film qui m'a laissé sur ma faim. Je m'attendais à un résultat plus près de ce que fait Miike. Mais la sauce poético-morbide prend trop légèrement et la glue romantique sur fond de suspens ne m'a pas beaucoup impressionné. Malgré tout, c'est un film intéressant, mais qui ne m'a pas autant dérangé qu'il aurait pu/dû. Je crois qu'il faut connaître la filmo de Kurosawa pour bien apprécier tous les thèmes et les liens qu'il fait dans ce film.

En résumé : un détective, prisonnier d’une relation qui s’étiole et troublé par des pertes de mémoire soudaines et des souvenirs flous, se voit confier une enquête sur une série de meurtres. Mais plus Yoshioka fouille, plus il se demande si ce tueur en série qu’il pourchasse, en fait, ne serait pas… lui-même. Et quelle conduite doit-il adopter avec cette femme revêtue de rouge, hurlante, fantômatique, qui lui apparaît, constamment, sur les scènes de crime?

Les récompenses

Voici le palmarès des prix FanTasia 2007. Ceux en gras sont les films que j'ai vu et dont j'ai parlé.

MEILLEUR FILM
MEMORIES OF MATSUKO - Tetsuya Nakashima (Japon)

MEILLEUR RÉALISATEUR
Feng Xiaogang – THE BANQUET (Chine)

MEILLEUR SCÉNARIO
Han Jae-rim – THE SHOW MUST GO ON (Corée du Sud)

MEILLEURE DIRECTION PHOTO
Li Zhang – THE BANQUET (Chine)

MEILLEUR ACTEUR
Ex æquo : Song Kang-ho - THE SHOW MUST GO ON (Corée du Sud) / Ryu Deok-hwan - LIKE A VIRGIN (Corée du Sud)

MEILLEURE ACTRICE
Mary McCormack – RIGHT AT YOUR DOOR (ÉUA)


PRIX DU PUBLIC - FANTASIA 2007


MEILLEUR FILM ASIATIQUE

FANTASIA D’OR:
13 BELOVED - Chookiat Sakweerakul (Corée du Sud)

FANTASIA D’ARGENT:
EXILED – Johnnie To (Hong Kong)

FANTASIA DE BRONZE:
Ex æquo : CITY OF VIOLENCE - Ryoo Seung-wan (Corée du Sud)/MEMORIES OF MATSUKO - Tetsuya Nakashima (Japon)

MEILLEUR FILM EUROPÉEN – NORD OU SUD AMÉRICAIN

FANTASIA D’OR:
HATCHET - Adam Green (ÉUA)

FANTASIA D’ARGENT:
END OF THE LINE - Maurice Deveraux (Canada)

FANTASIA DE BRONZE:
Ex æquo : MULBERRY STREET - Jim Mickle (ÉUA) / THE SIGNAL - David Bruckner, Dan Bush et Jacob Gentry (ÉUA)

MEILLEUR FILM D’ANIMATION

FANTASIA D’OR:
TEKKON KINKREET - Michael Arias (Japon)

FANTASIA D’ARGENT:
WE ARE THE STRANGE - M dot Strange (ÉUA)

FANTASIA DE BRONZE:
AACHI & SSIPAK - Joe Bum-jin (Corée du Sud)

FILM LE PLUS INNOVATEUR

FANTASIA D’OR:
WE ARE THE STRANGE - M dot Strange (ÉUA)

FANTASIA D’ARGENT:
EXTE: HAIR EXTENSIONS - Sion Sono (Japon)

FANTASIA DE BRONZE:
MEMORIES OF MATSUKO - Tetsuya Nakashima (Japon)

MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE

FANTASIA D’OR:
KING OF KONG - Seth Gordon (ÉUA)

FANTASIA D’ARGENT:
YOUR MOMMY KILLS ANIMALS - Curt Johnson (ÉUA)

FANTASIA DE BRONZE:
Ex æquo : GHOSTS OF CITY SOLEIL - Asger Leth (Danemark/ ÉUA) / ZOO – Robinson Devor (ÉUA)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire